DE L'INSOUTENABLE LEGERETE DE N'ETRE

« La vérité est scandaleuse. Mais sans elle, il n'y a rien qui vaille. Une vision honnête et naïve du monde est déjà un chef- d'œuvre... À mesure que vous approchez de la vérité, votre solitude augmente. » Michel Houellebecq, in Rester vivant.
 

15 novembre 2005

"Je ne veux pas etre l'arabe qui cache la foret", Azouz Begag.


Gao Xingjian a énoncé : "la culture n'est pas un luxe, c'est une nécessité".
On connaît la formule.

Guido est mon ami. Et en plus d'être doté d'un esprit brillant, il est génial. Car non seulement il a prit Xingjian au pied de la lettre, mais en plus il envoie des mails que je peux reproduire intégralement dans ce journal !
Vous vous souvenez, chers lecteurs : l'un des deux fils conducteurs. La correspondance.

En l'espèce, Guido dresse une toile impressioniste de la situation politique actuelle, à la chandelle des événements récents.

"Hier soir j’ai allumé ma télé et je suis tombé un peu par hasard sur notre président de la République. J’ai trouvé qu’il avait pris un sacré coup de vieux depuis le 14 juillet. Mais bon, il avait l’air toujours aussi cool que sa marionnette des guignols. En configuration lunettes noires - version www.appel-de-cochin-le-bruit-et-les-odeurs.org - je m’attendais à des déclarations fracassantes.
En fait, j’avais oublié que Noël, c’est seulement une fois par an.

Jacques Chirac a pris la mauvaise habitude ces derniers temps de ne rien dire ou de parler pour ne rien dire. Peut on vraiment lui jeter la pierre ? Alors que des milliers de voitures brûlent la classe politique est restée hémiplégique, plus prompte à se chauffer pour la course présidentielle et à préparer les 72 H du Mans.

En revanche, je trouve que notre Premier Ministre, lui, avance ses pions tranquillement.
Il faut reconnaître que Dominique de Villepin a l’art du contre-pied. Il a été à bonne école. En proposant des centaines de millions d’euros d’aides directes ou indirectes aux associations et en promettant des dizaines de milliers d’emplois assistés, le gouvernement a fait machine arrière toute. Monsieur Galouzeau de Villepin serait il aveugle au point de renouer avec le saupoudrage de subsides publiques qui a tenu lieu de politique de la ville pendant 25 ans ? En réalité, il applique la bonne vieille recette : « paye la rançon, tu retrouveras la paix sociale.

J’habite à Cergy. Oh, vous me direz bien que nous n’étions pas les plus à plaindre pendant les évènements de ces dernières semaines. Certes. Mais, si le Premier Ministre avait eu 10 % du courage dont fait preuve son Ministre de l’Intérieur, il aurait pu se déplacer jusque dans le 9-5. Il y aurait vu qu’il y est presque impossible de se balader la nuit. Il y aurait vu que de plus en plus de femmes sont couvertes de honte des pieds à la tête. Il y aurait vu qu’ici on célèbre Noël en organisant de fabuleux Méchouis dans la voiture de son voisin.

Bref, il y a bien longtemps que les habitants de ces quartiers se sont détournés de la France. « La Fraternité républicaine » que le Premier Ministre nous ressasse : il y a des lustres que ceux qui sifflent la marseillaise s’assoient dessus. Nous portons tous une part de responsabilité, à commencer par les menteurs qui ont promis monts et merveilles aux immigrés avant de les parquer dans ces zones de non droits.

Que dois je alors penser de ce N+1ème plan gouvernemental ? Que penser de celui qui en 100 jours voulait changer avec des mots le destin de la République ? Aujourd’hui, même si les Fatwas de l’UOIF n’ont pas ramené le calme, il faut bien reconnaître que les seules associations efficaces sur le terrain sont les organisations islamistes qui comprennent, aident et offrent des solutions à beaucoup de ces jeunes sans travail. Je ne sais pas pour vous, mais je ne tiens pas forcément à ce que mes impôts financent un Hezbollah français. Nous allons construire des écoles, des bureaux de postes, créer de nouvelles lignes de bus. Soit. Mais ces caillasseurs de flics n’en veulent pas et, en plus, nous leur fournissons le combustible de demain. Enfin, si les zones franches, au nombre de 100 désormais, sont une bonne initiative, elles restent une solution peu pérenne et aux résultats en demi teinte.

L’ampleur de la réponse de l’Etat doit être à la hauteur du défi. Faire régner l’ordre dans les cités est le préalable à toute mesure. Tirer au fusil à pompe sur des CRS ne doit plus être une discipline olympique, mais redevenir un vrai danger de mort. Monsieur Borloo qui annonce beaucoup et avance à reculons (au point d’être tancé par Jacques Chirac, un comble !) doit détruire les barres HLM et proposer un logement à tous. L’Etat doit inciter les gens à travailler et inciter les entreprises à embaucher. La France doit redevenir attractive et compétitive. Enfin, il faut lutter contre les discriminations de manières radicales quitte à imposer des quotas aux entreprises, au premier rang desquelles, les entreprises publiques. Il est très amusant de voir que ceux qui jettent leur venin sur les Etats-Unis sont les mêmes qui poussent des hauts cris lorsqu’on parle de discrimination positive. Il faut objectivement reconnaître que le jour où nous aurons un Maire de Paris ou un Premier Ministre issu de l’immigration est encore très loin.

Nous préférons de loin notre Azouz Begag national. La caution « 9-3 represents » du gouvernement n’est en réalité qu’un triste sire, dont les propos subversifs et insultants lui ont valu une expulsion du territoire américain et les remontrances du Premier Ministre. Quelle honte !

Il ne s’agit que de pistes qui n’ont dans l’ensemble jamais été expérimentées en France. Nous n’y perdrons rien et certainement pas notre prétendu modèle sociale et d’intégration qui n’a probablement jamais existé. Il est encore temps d’éviter de nouvelles émeutes, de nouveaux 21 avril, en prenant le problème à bras le corps.

Malheureusement en France, l’idéologie a tendance à résister aux faits. Edgar Faure disait « le peuple français est le peuple le plus intelligent de la terre. Voilà pourquoi, sans doute, il ne réfléchit pas » (in la Découverte de l'archipel). Il est grand temps de faire travailler son cerveau et d’agir vite. Sinon, il y a fort à parier que dans dix ans, des dizaines de bandes de Gazaa surgiront en France. Il sera alors trop tard et nous serons tous coupables. Oui, coupables.

Guido."

Merci néanmoins à notre ministre Begag d'employer les vrais mots, n'en déplaise au Premier ministre.

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

Archives

octobre 2005   novembre 2005   décembre 2005   janvier 2006   février 2006  

Contact
Enter your email address below to subscribe to De l'insoutenable légèreté de n'être!


powered by Bloglet

This page is powered by Blogger. Isn't yours?


Rédacteur Agoravox